Rayons-X

Qu’est-ce que c’est?
Une sorte de radiographie qui donne une image des vaisseaux sanguins (cœur, cerveau, reins et jambes) pour déterminer si les vaisseaux sont malades, trop étroits, élargis ou bloqués. Après avoir passé un cathéter dans une artère menant à la partie du corps concernée, un agent de contraste à base d’iode est injecté pour mettre en lumière les vaisseaux pendant la radiographie.

À quoi ça sert?
Détecter le rétrécissement ou le blocage d’un vaisseau sanguin, une dilatation anormale et trouver le site d’une hémorrhagie interne.
Détecter le rétrécissement ou le blocage de vaisseaux des jambes, ce qui peut être responsable de douleurs aux membres inférieurs.
Détecter l’athérosclérose dans l’artère carotide du cou, ce qui peut limiter le débit sanguin au cerveau et même causer un accident cérébrovasculaire.
Identifier un anévrisme intracrânien ou autre problème dans les vaisseaux sanguins du cerveau.
Évaluer les anomalies dans l’artère rénale ou aider à préparer pour une transplantation du rein.
Déterminer l’état de l’aorte et y détecter un anévrisme.
Identifier une source d’hémorrhagie, comme une ulcère d’estomac.
Aider à préparer des patients à la chirurgie dans les cas où ils ont des douleurs aiguës en marchant à cause de problèmes dans les vaisseaux sanguins des jambes.
Découvrir l’étendue et la sévérité de l’athérosclérose dans les artères coronaires.

Dans certains cas, le radiologue peut traiter directement les problèmes identifiés à l’angiographie de façon non invasive (sans incision). Par exemple, un rétrécissement d’une artère peut être traité à l’aide d’un ballon (angioplastie), un anévrisme peut être bloqué à l’aide de petits ressorts de métal et un saignement peut être arrêté à l’aide de matériel inséré par un petit cathéter.

Dans d’autres cas où un traitement chirurgical est plutôt indiqué, l’angiographie permet de planifier une opération, comme les pontages coronariens.

Comment se préparer?
Jeûne: puisque, dans de rares cas, l’injection de produit de contraste peut entraîner des nausées.
Retour à la maison: s’assurer d’avoir un accompagnateur qui pourra vous reconduire à domicile.
Tenue: après avoir enlevé vos bijoux et revêtu la jaquette d’hôpital, vous devrez vider votre vessie.
Prise de sang: on prendra un échantillon pour vérifier si les reins fonctionnent et si votre sang coagule normalement et on installera un tube intraveineux.
Consentement: vous devrez signer votre consentement après discussion avec le médecin qui pratique l’examen.
Allergies: si vous avez des allergies, dites-le à votre médecin avant l’examen. Il est aussi important d’informer le personnel si vous croyez être enceinte.

À quoi ça ressemble?
Le cathéter est un tube en plastique de l’épaisseur d’un brin de spaghetti. L’équipement radiologique est monté sur un support en forme de C et le tube radiologique est sous la table sur laquelle se trouve le patient. Au-dessus du patient se trouve un intensificateur d’image qui reçoit les signaux, les amplifie et les envoie à un écran de télévision.

Comment ça fonctionne?
L’angiographie par cathéter est comme une radiographie régulière. Les rayons-x passent à travers le corps du patient et sont absorbés à différents degrés par différents tissus et chaque type de tissu a une apparence distincte. Une teinture, ou agent de contraste, est injectée dans le cathéter pour obtenir une image détaillée de l’intérieur du vaisseau sanguin. Les images sont entreposées dans un ordinateur ou captées sur film. La procédure peut ainsi être vue comme un film autant de fois que nécessaire.

Comment l’examen se déroule?
Un léger sédatif est habituellement donné par voie intraveineuse, non pour endormir le patient, mais pour « l’amortir ». Une anesthésie locale est injectée dans la peau, le plus souvent au haut de la jambe, dans l’artère fémorale. Une petite incision est faite après avoir nettoyé la peau et rasé les poils, pour introduire le cathéter dans l’artère. Le radiologue amène le cathéter à l’endroit choisi er injecte l’agent de contraste. On prend habituellement plusieurs radiographies et, une fois la procédure terminée, le cathéter est enlevé et on exerce une pression pour refermer la peau pendant environ 10 minutes (ou on utilise un autre moyen pour refermer l’incision). Vous devez rester étendu pendant deux à six heures après l’angiographie, tout dépendant de la raison de l’examen, de la taille du cathéter, et du moyen utilisé pour refermer l’artère. Pendant ce temps, vous devez informer le personnel infirmier si vous notez des saignements, une enflure ou de la douleur à l’endroit ou le cathéter a été inséré. La procédure peut prendre moins d’une heure ou durer plusieurs heures.

Qu’est-ce qu’on ressent?
L’injection de l’anesthésique peut causer une légère douleur, mais elle rend le reste de la procédure non douloureuse dans la très grande majorité des cas. Vous ne sentirez pas le cathéter dans votre artère, mais vous pourrez sentir une sensation de chaleur ou de légère brûlure quand l’agent de contraste sera injecté. La partie la plus difficile de la procédure peut être de rester étendu pendant plusieurs heures.

Où vont les résultats?
Le radiologue examinera toutes les images et donnera les résultats à votre médecin qui en discutera avec vous.