Angioplastie

u’est-ce que l’angioplastie et la pose d’endoprothèse vasculaire?
L’angioplastie, ou angioplastie par ballonnet, et la pose d’endoprothèse vasculaire sont des interventions peu invasives réalisées par un radiologue d’intervention pour améliorer le flux sanguin dans les artères.

Dans le cas de l’angioplastie, le médecin insère un cathéter (tube fin et flexible), dont l’extrémité est munie d’un ballonnet, dans la partie rétrécie ou bloquée de l’artère, puis gonfle le ballonnet pour ouvrir le vaisseau sanguin. Le ballonnet est ensuite dégonflé et retiré de l’artère. La pose d’endoprothèse vasculaire, souvent effectuée au même moment que l’angioplastie, consiste à placer un petit tube grillagé appelé endoprothèse (stent) dans l’artère que l’on vient d’ouvrir. Cette intervention peut être nécessaire après certaines angioplasties si l’artère demeure rétrécie ou complètement bloquée. L’endoprothèse est un dispositif permanent qui est laissé dans l’artère et peut s’avérer nécessaire pour aider l’artère à se cicatriser en position ouverte après une angioplastie.

Dans quelles situations utilise-t-on ces techniques?
Le rétrécissement ou le blocage des artères est le plus souvent dû à l’athérosclérose, aussi appelée durcissement des artères. L’athérosclérose, bien que le plus souvent considérée comme une maladie cardiaque, peut affecter les artères de n’importe quelle région du corps, comme celles des jambes et du cerveau. Il s’agit d’un processus graduel dans lequel le cholestérol et autres dépôts graisseux (plaques) s’accumulent dans les parois des artères. Ces plaques forment des barrières qui réduisent le flux sanguin artériel vers les tissus et les organes. Les caillots ou les plaques qui se détachent de la paroi du vaisseau sanguin et se déposent dans l’artère constituent d’autres barrières à un flux sanguin adéquat.

Lorsqu’un caillot sanguin, une plaque ou un tissu cicatriciel entraîne un rétrécissement ou un blocage complet d’une artère, la circulation sanguine est limitée et les organes et tissus alimentés par l’artère ne reçoivent pas suffisamment d’oxygène.

L’angioplastie et la pose d’endoprothèse vasculaire sont le plus souvent utilisées pour traiter des affections résultant d’un rétrécissement ou d’un blocage des artères, incluant :

Une athéromatose artérielle périphérique / une maladie vasculaire athérosclérotique (MVAS) (rétrécissement des artères des jambes ou des bras) ;
une hypertension rénovasculaire (tension artérielle élevée causée par le rétrécissement des artères rénales) ;
l’entretien de l’accès vasculaire pour l’hémodialyse (acte au cours duquel une machine élimine les déchets du sang du patient et renvoie le sang propre au patient) ;
une maladie des artères carotidiennes (rétrécissement des artères du cou qui alimentent le cerveau en sang) ;
une maladie coronarienne (rétrécissement des artères du cœur).
L’athéromatose artérielle périphérique, également appelée maladie vasculaire athérosclérotique (MVAS), est une affection dans laquelle le flux sanguin artériel vers les bras ou les jambes est insuffisant, entraînant une douleur, des crampes ou une lourdeur musculaire (appelée claudication intermittente). L’athérosclérose, la présence de tissu cicatriciel et les caillots sont des causes de MVAS. Chez les patients atteints de MVAS, l’angioplastie peut servir à ouvrir une artère bloquée au niveau du pelvis, des jambes ou des bras. Elle est notamment fréquemment utilisée au niveau des artères iliaques du pelvis.

L’hypertension rénovasculaire est une affection survenant lorsque l’athérosclérose a entraîné un rétrécissement significatif de l’une ou des deux artères qui alimentent les reins en sang. Cette réduction du flux sanguin dans les artères rénales induit les reins à libérer plus de rénine, une hormone qui régularise la tension artérielle. Cette élévation du taux de rénine induit une série d’évènements chimiques dans le corps qui aboutissent à une hypertension (pression artérielle élevée). L’angioplastie et la pose d’endoprothèse sont utilisées pour améliorer le flux sanguin et diminuer la tension artérielle.

Entretien de l’accès vasculaire pour l’hémodialyse. Les patients atteints d’insuffisance rénale doivent recevoir des traitements d’hémodialyse réguliers pour empêcher l’accumulation des déchets dans leur sang. Certains de ces patients possèdent un pontage synthétique artério-veineux au niveau du bras (prothèse – matériau synthétique – reliant une artère et une veine du bras, communément appelée Gore-Tex), pour faciliter la prise de sang et son remplacement lors de la dialyse. En moyenne, ces pontages synthétique restent ouverts pendant environ un an. Des angioplasties répétées peuvent aider à garder un pontage synthétique ouvert jusqu’à cinq ans. De nombreux patients ont une fistule artério-veineuse, une connexion directe (sans prothèse) entre l’artère et la veine qui peut être utilisée pour la dialyse. Dans certains cas l’angioplastie peut améliorer le fonctionnement de ces accès de dialyse (pontages synthétiques et fistules).

La maladie des artères carotidiennes consiste en une diminution du flux sanguin dans l’une ou les deux artères carotidiennes (larges artères du cou qui sont les voies principales d’alimentation du cerveau en sang et en oxygène). Un flux sanguin insuffisant au niveau du cerveau peut entraîner un accident vasculaire cérébral, aussi appelé AVC (développement soudain de troubles du système nerveux localisés, généralement associés à une réduction de l’apport sanguin dans le cerveau). Un AVC peut également survenir à la suite du détachement d’un morceau de plaque ou de la formation d’un caillot sanguin, bloquant une artère cérébrale rétrécie ou de petit diamètre. Les radiologues d’intervention étudient actuellement l’efficacité et l’innocuité de l’angioplastie et de la pose d’endoprothèse dans les artères carotidiennes. Cette intervention pourrait être utile aux patients qui ne sont pas de bons candidats à la chirurgie.

La maladie coronarienne (MC), également appelée maladie cardiaque athérosclérotique (MCAS), apparaît lorsque ces artères sont obstruées par des plaques d’athérosclérose. Les artères bloquées qui ne livrent pas un apport suffisant en sang et en oxygène au cœur peuvent résulter en une douleur thoracique, appelée angine de poitrine (douleur semblable à une crampe, intermittente, qui empire lors d’un effort physique). C’est un signe que le tissu ou l’organe alimenté par une artère rétrécie ne reçoit pas suffisamment de sang ou d’oxygène. La formation d’un caillot sanguin, en supprimant soudainement le flux sanguin dans l’artère, peut entraîner une crise cardiaque (infarctus du myocarde). L’angioplastie et la pose d’endoprothèse vasculaire sont souvent utilisées pour ouvrir les artères coronariennes bloquées.